Just Cause 3 – L’epic Fail

Juste-Cause-3
Entre la sortie de Just Cause 2 et celle de ce troisième épisode il s’est écoulé 5 ans, soit une éternité à l’échelle de l’industrie du jeu vidéo. Une éternité qui n’a pas du tout été mise à profit par le nouveau studio d’Avalanche Studios pour regarder ce qu’il s’est passé dans le paysage vidéo-ludique. Just Cause 3 débarque comme si on était toujours en 2010, avec les mêmes rigidités dans la maniabilité, les mêmes flingues complètement pourris, la même conduite molle et agaçante, la même écriture qui se veut parodique mais qui est en réalité pénible. Le grappin est toujours là, tant mieux, c’est un peu le seul argument intéressant de la licence avec la liberté de déplacement… mais une liberté pour faire quoi ?

S’il est possible de faire exploser un pont d’une centaine de mètres, il n’en sera pas de même pour un petit muret. Un comble pour un jeu qui annonçait une libertée de destruction jamais vue sur Pc/console. Avec ses immeubles figés, qui ne bronchent ni sous les roquettes, ni sous les obus, il ne parvient jamais à procurer la jouissance d’un Battlefield 4  dont les bâtiments plient sous un simple déluge de feu.

just-cause-3-1-02-650x304

Just Cause 3 ne promet pas grand chose et pourtant, il arrive à ne pas le délivrer et comme son prédécesseur, ce ne sont pas les missions sans intérêt et les objectifs ultra répétitifs qui vont motiver qui que ce soit à continuer. Creux, poussif et même pas très beau Just Cause 3 n’est la caricature que d’une chose : celle de l’open world qui n’a rien à dire et rien à offrir. Les chutes de FPS le sont tout autant, dès qu’on commence à faire tout péter, l’image devient saccadée.

Pas de multi, juste une pâle synchro avec les stats d’autres joueurs à la GTA mais en moins bien avec pas mal de déconnexion avec les serveurs de Square Enix qui te bloque 2 minutes à chaque fois que tu veux ouvrir la map.

Just Cause 2 m’avait fait triper ;  Un portage next gen m’aurait certainement fait hurler, mais avoir tenté un nouvel épisode aussi creux, vide et sans intérêt me fait regretter amèrement mon achat Day One. Bref, un jeu pas fini, répétitif et peu inspiré .
Dispensable !

Djmakina

Djmakina

A travers mon blog, je partage mes passions, découvertes, humeurs qui feront un jour, une fois combiné, le script du prochain Nolan. Si je n'arrive pas à cette tâche, je veux que les cendres de ces articles soient dispersés sur Tataouine ( au pire Barcelone ).

Vous aimerez aussi...

Laissez un commentaire ...

Chargement...