SENSORWAKE – Le REVEIL olfactif

14fca3d3bd4243ba82083b5942b8241d_original

« La plus grande décision à prendre durant notre journée n’est autre que celle de se réveiller et de sortir de son lit  » raconte simplement Guillaume Rolland, 18 ans, le très jeune inventeur. C’est face à ce constat, que nous sommes très nombreux à partager, que Guillaume a eu l’idée de créer un réveil olfactif : « J’ai essayé de stopper la torture quotidienne du réveil en faisant appel à un sens encore très peu utilisé : l’odorat. »

C’était il y a 1 an, nulle ambition de créer un réveil pour la planète entière, le seul objectif de Guillaume était de s’amuser à rendre ses réveils plus agréables. Il commence donc dans son garage, de façon rudimentaire et bricole avec des cartons son premier réveil olfactif qui lui permet de s’éveiller avec une odeur plaisante plutôt qu’avec une sonnerie stressante.

Assez rapidement, abonné à SCIENCE ET VIE JUNIOR,  il décide de participer à un concours d’inventions organisé par le magazine « Juste pour s’amuser ». Il remporte alors le premier prix et se dit « Pourquoi ne pas aller plus loin ?« .

A partir de là, Guillaume décide que son réveil pourrait révolutionner les matins et décide donc de s’investir davantage pour porter son invention.

Il s’inscrit notamment au GOOGLE SCIENCE FAIR et finit parmi les 15 finalistes. Un exploit ! Il est le premier Français de l’histoire du concours organisé par Google à finir en si bonne place.

Cette victoire et celle au concours Lépine 2014 lui permettent d’aller encore plus loin et d’envisager sérieusement la commercialisation de son invention qu’il nommera SensorWake. Joint par téléphone, Guillaume nous explique  « Faire partie des 15 finalistes du GOOGLE SCIENCE FAIR a été un tremplin, ça donne des ailes, de la crédibilité, pour voir plus loin… ».

45f6270c7a52610a64790a8c88d4685f_original

« Je n’ai pas voulu faire appel à des investisseurs »
Se développer et commercialiser son invention, oui, mais « sans se diluer et sans la pression d’investisseurs », alors comment faire ? Le jeune inventeur nous explique que son projet ne lui a rien coûté, et que les premiers deniers nécessaires ont été gagnés à travers les quelques concours d’inventeurs auxquels il a participé.

Des gains qui lui ont permis de créer son entreprise et de constituer une équipe qui compte aujourd’hui 5 personnes, dont un business developer et un responsable marketing.

70d33e674604245cdef19983f4179024_original
« Plus de 100 000€ récoltés en moins de 4 jours pour lancer la production »
Forcément, pour lancer la production du réveil il faut un peu plus d’argent. Là encore, plutôt que de faire appel à des investisseurs, l’inventeur a préféré lancer un projet via KickStarter, plateforme de crowdfunding. Les internautes peuvent donner ce qu’ils souhaitent pour l’aider à lancer la fabrication. A partir de 60€ de contribution, l’internaute fera partie des premiers à recevoir le réveil qui lui sera livré en novembre 2015. Et ça marche ! Le projet, ouvert le 27 mai, a déjà récolté plus de 102 000€… Un énorme succès en moins d’1 semaine.

« Des contributions du monde entier » 
Le réveil de Guillaume n’est pas destiné qu’à la France, loin de là. Les pré-commandes et soutiens via KickStarter viennent du monde entier: « L »objectif est de commercialiser le réveil à l’international. Nous avons d’ailleurs un attaché de presse aux Etats Unis chargé de faire connaître l’invention. Et la bonne nouvelle c’est que les pré-commandes du réveil sur KickStater viennent du monde entier : AFRIQUE, ETATS-UNIS, ASIE, AMERIQUE DU NORD… C’est formidable ! » nous explique Guillaume Rolland.

Forcément, les pré-commandes et le cash flow qui va avec donnent des ailes. Ainsi, Guillaume nous confirme que la production de son réveil débutera cet été. Il est déjà d’ailleurs possible de le pré-commander via kickstarter.com à partir de 60€, histoire d’être sûr de l’avoir pour Noel par exemple ! Le réveil devrait aussi être disponible sans pré-commande vers la fin de l’année.
a7bb77bdab2c08a47e8f1269444f9078_original
Pas facile de tout gérer ! En plus d’avoir inventé et de désormais commercialiser le réveil SensorWake, Guillaume est aussi étudiant en première année d’ingénieur. Une organisation quasi militaire s’impose donc : « J’ai un parcours très aménagé pour mener mes études et SensorWake en parallèle. Ça prend beaucoup de temps. » Une situation loin de lui déplaire : « Ça me va très bien. Je gère au mieux l’école et le projet. C’est une formidable aventure ! » s’enthousiasme Guillaume.
« Un amusement qui se transforme en projet international » 
Pour Guillaume c’était un jeu, celui d’adoucir ses réveils, 1 an plus tard c’est devenu une aventure internationale à fort potentiel ! Un réveil, qui avant même d’être fabriqué, est déjà commandé par des milliers de personnes à travers le monde…
Comme quoi, tout est possible !
Lien : Pour soutenir le projet et/ou pré-commander votre réveil (livraison novembre 2015), c’est par ici.

 

 

Djmakina

Djmakina

A travers mon blog, je partage mes passions, découvertes, humeurs qui feront un jour, une fois combiné, le script du prochain Nolan. Si je n'arrive pas à cette tâche, je veux que les cendres de ces articles soient dispersés sur Tataouine ( au pire Barcelone ).

Vous aimerez aussi...

Laissez un commentaire ...

Chargement...